Un blog sur l'éducation dans les pays du Sud – A blog on education in the developing countries

27 février 2011

Mamadou et Bineta sont-ils devenus vieux ?

Filed under: Uncategorized — Étiquettes : , , , , , — education_south @ 21 h 19 min

Voici sur le blog l’article d’un intervenant extérieur, Monsieur Michel Abassa, qui on l’espère sera le premier d’une longue série.

Mot d’introduction

Lors d’une récente mission en Afrique Centrale, quelle surprise de voir trôner dans un supermarché huppé de la capitale, le fameux manuel Mamadou et Bineta (© Editions Edicef) , occupant son mètre linéaire, bien seul au milieu des rayons de cosmétiques, des fausses Nike et des produits d’importation vendus trois fois le prix d’Europe. Voici ce manuel datant de la préhistoire de la pédagogie (première édition en 1950), fossile et relique, refaire surface au milieu des néo-approches pédagogiques de tout poil et de la revitalisation des éditions nationales en Afrique. Quelles sont les raisons d’une telle survie ?

Le rythme des réformes pédagogiques s’accélère tandis que les conditions de recrutement et de formation des enseignants suivent la règle du moindre coût et de l’efficacité. Pourtant, et les différents travaux d’analyse des curricula le montrent bien, les savoirs très formels, tels que la grammaire, restent la pierre angulaire de l’apprentissage du français en Afrique, en décalage avec les instructions officielles. A lire cette étude du CIEP sur les réformes des curricula.

Il n’est pas rare de voir sur le tableau des phrases telles que « Sinoué le pêcheur a élu domicile près du fleuve » expliquées aux élèves de 2ème année. Wikipédia nous dit par exemple : « Mamadou et Bineta est un livre éducatif utilisé en Afrique de André Davesne. Les éditions de 1950 sont aujourd’hui encore utilisées dans les écoles du Mali, malgré tous les développements pédagogiques des cinquante dernières années. »

La maitrise de la syntaxe française reste un signe de distinction sociale et est indispensable à l’accès à des fonctions administratives et/ou politiques, voir ici un post sur la compétition français/langues nationales. En cela, Mamadou et Bineta ne constituerait-il pas une sorte de péché originel de l’enseignement?

Au prime abord, à la lecture de l’ouvrage, on se retrouve plongé dans une Afrique caricaturée, qui n’est pas sans rappeler Tintin au Congo ou les publicités Banania. Pour un profane, c’est une sorte de Bled ou de Bescherelle tropicalisé, qui utilise d’ailleurs une typographie très proche des anciennes éditions de ces ouvrages. De nos jours, Mamadou et Bineta reste décrié en particulier à cause des stéréotypes culturels persistants.

Cette contribution de Michel Abassa, psychologue pour enfants au Cameroun, nous amène à nous poser la question de savoir si pour former des citoyens nouveaux, il ne faudrait pas malgré tout utiliser des manuels anciens ? Pour paraphraser le titre du manuel du cours moyen : Mamadou et Bineta sont-ils vraiment devenus vieux ?

La parole à Michel Abassa pour un regard critique d’expert :

Cette célèbre collection de livres utilisés par les pays d’Afrique Noire Francophone pendant la période coloniale (1950-1960) et plus d’une décennie après les indépendances des pays africains (1960-1975) devrait dans le genèse de l’histoire de l’école formelle en terre africaine, intéresser vivement tous les acteurs et intervenants dans l’éducation. Les auteurs A. Davesne, un des pionniers des méthodes de Freinet, et J. Couin respectivement Inspecteur d’Académie et Ancien Directeur d’Ecole Primaire en Afrique de l’Ouest ont pu mettre à la disposition des élèves africains ces précieux manuels d’apprentissage de la langue française qui ont fondamentalement édifié les premières élites, voire les premiers groupes d’intellectuels africains lettrés.

De nos jours, à cause des difficultés qu’éprouvent de plus en plus les apprenants des systèmes éducatifs d’Afrique francophone dans l’apprentissage de la langue française et notamment de la lecture, des voix nostalgiques s’élèvent pour interroger la didactique, les contenus et les méthodes pédagogiques de ces manuels qui ont fait la fierté des premiers élèves africains. Certains proposent même d’utiliser Mamadou et Binetta pour l’apprentissage du français en France pour les enfants d’immigrés ou ayant le français comme langue seconde. Voir cet article.

Suivons les aventures de Mamadou et Bineta tout le long du cycle primaire, qui n’est pas de nos jours un long fleuve tranquille pour le jeune africain, comme le dit cette chanson de Meiway, présentée par le PNUD.

Mamadou et Bineta, héros intemporels, ont-ils fini par devenir vieux ?

Pour répondre objectivement à cette question, il faut recourir aux méthodes énoncées par la pédagogie comparée pour essayer de dégager les avantages et les insuffisances de Mamadou et Bineta, manuels pionniers de la didactique de l’initiation et de l’enseignement de la langue française en Afrique,  avec les manuels « officiels » aux programmes actuels des différents systèmes éducatifs africains.

La collection Mamadou et Bineta comprend quatre livres :

  • Syllabaire pour les élèves de la Section d’Initiation à la Lecture et au Langage (SIL) ou 1ère année
  • Mamadou et Bineta apprennent à lire et à écrire. Cours Préparatoire (CP)
  • Mamadou et Bineta lisent et écrivent couramment. Cours Elémentaires
  • Mamadou et Bineta dont devenus grands. Cours Moyens et Cours supérieurs.

Mamadou et Bineta le Syllabaire : SIL

Dans une Afrique marquée par une culture de l’oralité séculaire, qui se perpétuait à travers les griots, les conteurs et les ménestrels, le génie de A .Davesne dans Mamadou et Bineta réside dans l’exploit d’amener les enfants africains à parler français, à lire comme il le dit si bien : « Il faut que l’enfant comprenne aussi complètement possible ce qu’il lit ». Nous pensons que c’est ce contexte particulier d’initiation à la langue française (langage, lecture, écriture), comme seconde langue après les langues locales, qui a amené l’auteur à imposer la méthode syllabique, méthode basée sur la reconnaissance, l’identification, la prononciation et l’écriture des 26 lettres de l’alphabet français pour les élèves de la SIL.

Les contenus de ce livre sont variés : lecture, écriture, langage, grammaire, conjugaison, vocabulaire, etc. Mais, la particularité de ce premier manuel pour les débutants était de mettre l’accent sur la combinaison des sons (phonétique acoustique et articulatoire). L’ossature de ce manuel est constituée en majorité par des textes pour l’essentiel amenant l’apprenant, à partir du langage et d’une représentation phonologique sous-jacente, à effectuer des synthèses progressives, lettre -> son -> mot -> phrases -> texte. Du point de vue pédagogique, ces méthodes dites syllabiques et alphabétiques expérimentées en Afrique ont bien porté des fruits dans l’arène de l’école africaine. Sur le plan psychologique, elles ont permis de constituer les premières fondations des représentations mentales métacognitives qui permettent de codifier une langue en permettant de consigner un champ graphique à des sons.

A la fin de la SIL, les élèves de ces écoles pouvaient décrypter, déchiffrer un grand nombre de sons, même si des derniers n’avaient aucun sens. Ce long exercice préparait déjà à la  lecture.

Mamadou et Bineta Apprennent à Lire et à Ecrire : CP

Ce deuxième manuel comprend des leçons de lecture, d’écriture, des exercices, des dictées, des consignes pédagogiques pour le Maître. C’est le renforcement des acquisitions de base du livre de la SIL. Progressivement, l’élève est amené à pratiquer la lecture courante, tant et si bien qu’à la fin de ce cours, l’élève est un lecteur fonctionnel. Le respect de l’intonation, des signes de ponctuation, des liaisons, des majuscules occupent une place de choix et restent de nos jours des critères importants pour les notes en Afrique francophone, en décalage total avec le langage texto et argotique qui fait florès (comme le camfranglais).

A la fin de ce cours, l’élève doit être capable de lire couramment et d’écrire correctement les lettres contenues dans ce manuel.

Mamadou et Bineta Lisent et Ecrivent Couramment : CE1 et CE2

Ce manuel des CE1 et CE2, outre la lecture à travers de nombreux textes bien illustrés, tirés de l’environnement socioculturel des africains et des productions littéraires des grands écrivains français, aborde avec emphase les outils de la langue (élocution, vocabulaire, orthographe, construction de phrases, grammaire, conjugaison, langage, contes et récits, récitations, musique, exercices écrits). Il laisse le choix aux enseignants de sélectionner leurs leçons en fonction des saisons, des activités agricoles et pastorales de chaque pays.

A la fin de ce niveau, l’élève qui sortait du CE2 s’exprimait correctement à l’oral, produisait des textes en respectant les normes scientifiques de la langue française. La pratique de toutes ces disciplines de la langue française conférait aux apprenants plus d’assurance dans la lecture, la compréhension et la production d’écrit.

Mamadou et Bineta sont devenus grands : CM

Ce volumineux manuel est destiné aux classes de CM1, CM2 et Cours supérieurs. La consigne des auteurs est que « le Maître ne devra donc pas enseigner tout ce qu’il trouve, mais choisir ce qui convient aux élèves de sa classe ». C’est l’élargissement progressif de la conscience des élèves vers des processus cognitifs supérieurs qui ouvrent sur l’abstraction et la navigation vers l’univers de la langue française. On y trouve plus d’évolution et les illustrations ne sont plus nombreuses. Les textes sont variés, denses et d’un niveau de langage assez soutenu. Outre l’étude des outils de la langue commencée au cours élémentaire, les auteurs laissent plus d’espace aux textes de lecture, à l’explication des mots, à la dictée, aux exercices de vocabulaire usuel et théorique, à la composition française, à la rédaction (production d’écrits) et aux renforcements systématiques, mais gradué des outils de la langue.

L’inculturation des textes, des contes, des proverbes, des devinettes, la poésie et l’ouverture aux grandes œuvres littéraires y sont perceptibles. Les centres d’intérêt sont en concordance avec l’environnement africain et un élargissement s’ouvre sur le village planétaire. C’est un trésor qui ouvre sur la connaissance, le savoir-être, le savoir-faire, le savoir-devenir.

A la fin de ce cycle et au-delà, les élèves africains pouvaient soit poursuivre leurs études secondaires, soit entrer dans les écoles de formation, soit encore prétendre poursuivre les études en France.

Pédagogie et didactique de français dans Mamadou et Bineta : manuel-outil trois en un ?

Au regard de l’agitation observée autour de la politique de production des manuels scolaires dans les systèmes éducatifs africains, on découvre avec stupéfaction la grandeur de la valeur pédagogique et didactique de l’enseignement  de la langue française étalée dans ces manuels.

En Sciences de l’Education, la pédagogie se définit comme la science qui permet de faciliter une bonne transmission des connaissances aux apprenants, pendant que la didactique s’appesantit sur la façon dont une discipline particulière doit solliciter le développement des apprentissages chez les apprenants. Essayons de vérifier comment ces deux aspects des sciences de l’apprentissage se développent dans Mamadou et Bineta.

Certaines caractéristiques fondamentales d’une valeur établissent qu’elle ne subit pas l’influence du temps, elle permet la maturation et le développement des améliorations ultérieures et par ricochet devient un  référentiel pour fonder un jugement ou procéder à des évaluations. Les valeurs pédagogiques de Mamadou et Bineta s’arriment à ces quelques caractéristiques.

Directions, conseils et méthodes pédagogiques

Dans chaque cours et à chaque cycle, des consignes strictes sont données aux maîtres pour aborder les leçons. Elles se retrouvent au début du livre et à travers les différentes pages des manuels surtout à la SIL, au CP et CE. En analysant les méthodes pédagogiques contenues dans ces manuels, on découvre en filigrane la quasi-totalité des méthodes et innovations pédagogiques en cours dans la plupart des pays : méthode dogmatique, Pédagogie Par Objectif (PPO). Nouvelle Approche Pédagogique (NAP), Approche Par les Compétences (APC) et les méthodes actives de Décroly, ce qui paraît surprenant ! C’est peut être cette évolution darwinienne qui lui a permis de survivre à toutes les tornades psycho-cognitives.

En lecture, les critiques sur les méthodes alphabétiques et syllabiques doivent être bien nuancées car le contexte psychologique, social, physique et culturel des africains de 1950 – 1970, pour l’initiation à la lecture avait besoin d’un choix, et le choix opéré par A Davesne se situe dans la perspective socioconstructiviste où « commencer à apprendre à lire – écrire, c’est entrer dans la culture écrite et entrer dans la langue écrite » (Voir les travaux de Gérard Chauveau). Par conséquent, cette perspective s’intéresse aux pratiques culturelles de la lecture – écriture. La culture orale des africains d’une part, et la découverte de la langue française d’autre part, le désir d’introduire les africains dans la lecture – écriture passait d’abord par la découverte et la maîtrise du code phonique et graphique de la langue française (SIL) avant de les plonger dans les représentations mentales et images africaines à travers ce code.

Cet argument psycholinguistique et anthropologique remet en question les critiques adressées à A. Davesne, car par la suite, dès le CEP et ce jusqu’au CM2, les illustrations accompagnent tous les textes de lecture et on aboutit à une méthode de lecture mixte (à point de départ global et syllabique) (Cf. p. 5 Mamadou et Bineta CP). Lire cet article de A. Davesne sur les deux méthodes de lecture.

Au Cameroun des Maîtres de Parents de cette époque ont pu s’auto former avec ces manuels, puis ont été intégrés comme Maître d’Enseignement Général Adjoint (MEGA), Maître d’Enseignement Général (MEG) à la fonction publique. Après des recyclages et des formations continues, ils ont passé des concours et sont devenus des Instituteurs compétents. Malgré les conflits de méthodes qu’on observe partout actuellement, la grande majorité des enseignants du primaire ont recours secrètement à Mamadou et Bineta, lorsqu’ils éprouvent des difficultés pour enseigner une certaine discipline de la didactique du Français.

Tout au long de ces manuels, de conseils sont donnés aux enseignants sur la discipline, les mouvements d’ensemble, l’utilisation du procédé  La Matinière, la diction (Cf. Mamadou et Bineta CP p.4)

De l’évaluation

De nombreux exercices sont proposés aux apprenants et le maître reçoit des consignes pour leur exécution et correction. Un élève qui sait déjà lire couramment peut travailler seul. On distingue des exercices à trous, des questions ouvertes à réponses courtes et longues, des dictées, la composition française et la rédaction. Tous ces items déclenchent chez les apprenants des niveaux d’habilité cognitive élevés selon la taxonomie de Bloom. Nous devons affirmer que ce manuel est une œuvre complète de pédagogie fondamentale et française pour les apprenants de zone francophone car il apparaît comme un livre-outil où nous retrouvons à la fois dans chaque spécimen le livre du maître et un livret d’exercices ou d’activités. D’où la nomination de manuel-outil trois dans un.

Les insuffisances de Mamadou et Bineta

Après la seconde Guerre Mondiale, une prise de conscience sur les injustices et les mauvais traitements subis par les africains de la part de certains représentants des puissances colonisatrices vont toucher tous les domaines de la vie sociale, économique et politique. C’est la fièvre des indépendances des nationalismes vindicatifs. Mamadou et Bineta vont opposer une résistance à cette fièvre. Ces deux jeunes héros de l’Afrique de l’Ouest cooptés par André Davesne pour implémenter l’apprentissage de la langue française en Afrique vont subir ce que Herskovits nomme « les bas et le haut de l’histoire »

Certains adressent des critiques à ces manuels de nos jours :

  • On compare l’âge mental des élèves de cette époque à celui de ceux d’aujourd’hui qui n’est plus le même. La notion d’âge mental datant de Binet étant elle-même un peu dépassée.
  • On dénonce les limites de la méthode syllabique.
  • On fustige certains stéréotypes et préjugés contenus dans les manuels.
  • On rejette les illustrations caricaturales des africains.
  • On dénonce aussi les messages parfois négatifs « semba boxe sidi, papa tape sidi »

A l’heure de l’éducation pour tous, à l’horizon 2015, beaucoup d’africains continuent de ruminer les leçons du syllabaire Mamadou et Bineta. Plusieurs s’en souviennent et s’en souviendront toujours. Peut-on refuser son histoire ? Ne doit-on pas l’accueillir pour mieux se ressourcer et envisager de lui donner une dimension énergétique. Sincèrement à 61 ans Mamadou et Bineta sont-ils devenus si vieux ? Comment une œuvre scientifique pourrait-elle devenir vieille ? En Afrique devenir vieux ne veut pas dire devenir inutile au contraire, comme le dit le sage AMADOU HAMPATE BA « un vieux qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». Le Français est devenu l’autre langue des africains. Il est la langue d’expression des valeurs culturelles, la langue de l’école, la langue officielle de certains pays d’Afrique. Au moment où émergent des interrogations relatives à la nature et à la qualité du Français enseigné en Afrique, devons-nous honnêtement croire et admettre que Mamadou et Bineta sont devenus vieux ?

Voir des extraits de Mamadou et Bineta.

Par Michel ABASSA

Psycho-éducateur

Rejoignez VARLYPROJECT sur Facebook


Publicités

Propulsé par WordPress.com.