Un blog sur l'éducation dans les pays du Sud – A blog on education in the developing countries

18 mars 2010

Snapshot on girls’ schooling

Filed under: Comparaisons internationales — Étiquettes : , , , , — education_south @ 16 h 34 min

After being shortly in charge of Human rights in the French Foreign Ministry Rama Yade is “Secrétaire d’Etat” in charge of Sports. This is clearly not a promotion and she faces several political difficulties. She recently declared being “a statistical anomaly” as a young women from ethnic minorities and called the french political system a “gerontocracy”.

Posted originally the 8th march, at the occasion of the international women day,  this note is a form of homage to “statistical anomalies” who gained access to political or managerial positions. It gives a snapshot on girls schooling in the   developing countries with Rama Yade trajectory as a thin guiding thread. In short and to have fun you can read the excellent comic « Aya de Yopougon” in French,   another statistical anomaly, which tells the struggling story of a girl from a suburb of Abidjan for access to higher education. If you prefer the statistics and thousands of reports on the issue, please read this post for a few resources and analysis.

The gender parity challenge

At the Dakar Forum on Education for All, the goal of gender parity has been set for 2005. The following graph shows that the target was not achieved despite significant advances. One can choose the percentage of girls among new entrants, which is a simple indicator to measure access to school of girls against boys.

The performance of South & West Asia is actually that of India, a country whose practices of segregation and discrimination against girls are secular. These aggregated statistics which are estimates hide success stories in particular countries such as Benin (+4%). The abolition of school fees occurred recently in this country should further improve the situation. However, although free education is often stated in the constitution law, this abolition is not yet universal, which is contradictory with the rhetoric of Dakar’s forum . This fundamental issue raises a number of management problems of the education system, somewhow over amplified in official discourses when considering budget perspectives. As mankind has well progressedl in terms of abolishing the death penalty, it may succeed in abolishing poverty, in a few generations …

The formalisation of the “gender issue” by the development agencies

These progresses are the result of policies designed to stimulate the social demand but also a consequence of a better school provision. In a review of the policy impact of girls’ schooling initiatves (somewhat outdated, 2003), a report by IIEP (an Unesco Institute) says that « effects related to the school provision are better measured than the incentives aiming at the social demand or need” and stress to « improve the coordination of agencies working in the field of education of girls. »

A United Nations Girls’ Education Initiative has been set up (UNGEI) in 2000 and a « super » agency dedicated to women’s rights is under consideration at the UN. The field of education for girls has been invested by international organizations such as UNESCO and UNICEF, but especially by NGOs. Thousands of projects have been mounted and specific institutions have been created as the FAWE (Forum of African Women Educationnalists). For some, the progress in girls schooling should be the sole account of the improvement of school provision, and  projects, of construction of latrines, literacy of mothers, scholarships have no impact… I take a good distance with so abrupt opinions. A few stars embed in the girls schooling promotion such as the African singer, Angélique Kidjo.

These “gender” projects often have the support or are directly controlled by women originated from Northern Europe countries. Many of these projects are funded by a Norwegian fund (NETF), such as gender research conducted by FAWE.  In northern countries, women have largely succeeded in becoming equal to men in terms of law, power, wages etc. .. In some countries, if I give credit to the speech of the Danish Ambassador in Benin in 2005, the greater inclusion of women in political and public life has been the starting point of development.

The feminist movement as an origin ?

Thus, it seems there are plans to implement some form of social struggle inspired by various currents of feminism. We also recommend on the subject to read the book (FR) from Makthar Diouf (a man!): Eclairage sur le(s) féminisme(s), 2009, Presses Universitaires de Dakar.  The current Socialist-Marxist feminist stream, born according to Diouf in American & English universities in the 1990s, seems a good source of inspiration for many development initiatives (communities of women, etc. …) According to Simonne de Beauvoir (“The Second Sex « ) solidarity is primarily a matter of social class rather than driven by gender, but these considerations are a bit outdated. What impels a rich woman graduate from the North to help a poor black woman?

Anyway, the “gender issue” has flourished to the point where it is recommended that any development expert « engender » the report or study …otherwise under pain of being accused of terrible macho attitude or called traitor if she is a woman. I exaggerate a bit … but the question is whether the real target would not have mistaken. Instead of facing mainly a “gender issue” education systems are rather struggling with drastic poverty or ethnic minorities challenges.

Are Rama Yade difficulties related to the sole fact that she is a young woman or because she is black?  The last monitoring report on Education for All UNESCO released a few weeks ago marked a repositioning of the aid debate on the issues of ethnic minorities and not simply on « gender issue ». See my post here (FR).

Is gender really the issue ?

An article by Alain Mingat published in 2003 entitled “The magnitude of social disparities in primary education in Africa” (FR) give us further insight, even if the data is outdated. Below is the chance (probability) to complete primary education or access to the last grade of primary school by gender, place of residence or poverty. The graphic is very clear, around the year 2000 in 21 countries in Africa, a poor is three times less likely to complete primary education than a rich, whereas the differences between girls and boys have lower magnitude (11 points). However, handicaps are cumulative and a poor girl living in rural areas has very little chance of completing primary school and therefore to run for Presidency… 

Conditions for girls to succeed at school

Concerning our champion, Rama Yade, we note that her father was the personal secretary of Leopold Sedar Senghor, Senegal President from 1960 to 1980. She was raised among the francophone political elite and her actual situation would have been different if a peasant’s daughter. Promoted by Nicolas Sarkozy, she has succeeded through education through her parents and in the French school system. She is currently one of the most popular politicians for the French people, according to opinions polls. But she is very far from Condoliza Rice career and could hold the Human Right secretary as long as she kept quiet and let Bernard Kouchner, his boss as the Ministry of foreign affairs, takes the initiatives and the credits.

It should be noted that in France, policies aiming Education for all held in the nineteenth century did not clearly targeted girls schooling first. According to Napoleon girls « became what they could, ». But 150 years after the first baccalaureate in 1861 gender parity have been reached at school, except in large the most prestigious engineer schools and universities.  In terms of wages and access to senior or political positions, it is far from satisfactory and the Napoleonic legacy is still alive. See le Monde dossier (FR). To go further you can also you watch the excellent TV movie of France 5, “la Française doit voter” on the male-dominated republic. « Let us not, by a unwise vote, declare bankruptcy and impotence of man of France!” Edmond Lefebvre du Prey

Today in some parts of Benin and Senegal, there are hardly any girl with a higher secondary degree while some high schools for girls in Dakar have very good results. This is not a problem of supply. Girls in school are victims of violence or sexual blackmail for notes, which turns parents reluctant to their schooling. The problems of girls’ schooling is usually explained by cultural factors following very large and vague considerations. On violence on girls in schools, see this study (FR) from the French Ministry of Foreign Affairs or view this report on Senegal commissioned by USAID. You can also immerse yourself in reading the latest volumes of Aya Yopougon!

Oddly enough, the idea of separating girls from boys in schools is never put forward in developing countries, at least in the public sector.

Gender and ethnicity

For Makthar Diouf, who draws on the work of Cheikh Anta Diop, the pre-colonial African society was more matriarchal than patriarchal (the Queen of Sheba, repeatedly referenced in the Qur’an), so the problem of schooling for girls is derived from colonialism, who did not privileged women in the first place. This work may have influenced the African elites and thus explain some delegation of projects to NGOs and the absence of real public policies on gender at school or elsewhere.

But before being a fact closely related to sex, gender issues could be primarily an ethnic phenomenon. The schooling of girls is not a problem in all parts of the world.

According to an IMF paper (2007): « UNESCO recently estimated that 43 million school-age girls are not enrolled in school … This gap is due overwhelmingly to the lag in schooling of socially excluded groups, often minority groups that are on the margins of society and in which girls are at a distinct disadvantage relative to boys. Indeed, we estimate that approximately 70 percent of these out-of-school girls come from such groups.  »

Basically, this situation is the result of centuries of stigmatization of ethnic groups. The chart below from an article by Maureen A. Lewis and Marlaine E. Lockheed (2007), for IMF is very clear:

The analysis refines the work of Professor Mingat. In Guatemala, discrimination applies only to indigenous women (red curve). It would be interesting to study the evolution of such curves in Bolivia, where an indigenous, Evo Morales was bring to power and watch how the reversal of historical and political situation can influence the course of education.

In some Andean tales, there was a time when power was held by women, a kind of Amazons. Women in power have not always been a « statistical anomalies », according to the legends.

In terms of learning achievement, the differences between girls and boys are not very marked according to international assessments, despite persistent prejudices:

« But all available evidence suggests that, once in school, excluded girls perform as well as, or even better than, excluded boys at the primary level (although the achievement levels of children excluded as a whole lag behind Those Majority of children. »

The ongoing work of FAWE with PASEC and SACMEQ data should enlighten us further. The « statistical anomalies » or Amazons who rides the education system are very successful and they do scare men obviously.

Happy Birthday to « statistical anomalies »!

7 mars 2010

Hommage aux “anomalies statistiques”

Filed under: Comparaisons internationales — Étiquettes : , , , , , — education_south @ 22 h 09 min

Lors d’une récente interview télévisée, Rama Yade a déclaré être une « anomalie statistique » : « en tant que femme issue de l’immigration  et jeune, je ne corresponds pas aux canons de la vie politique traditionnelle. » A l’occasion de la Journée de la Femme, ce post est une forme d’hommage aux « anomalies statistiques », soit les femmes issues de minorités techniques ayant pu accéder à des fonctions politiques ou managériales grâce à l’éducation.

Pour faire court tout en vous amusant, vous pouvez lire l’excellente BD « Aya de Yopougon », autre anomalie statistique, qui raconte le parcours de combattante d’une jeune fille d’un faubourg d’Abidjan pour accéder aux études supérieures. Cela vous dispensera des statistiques et des milliers de rapports sur la question. Cliquer ici pour commander l’ouvrage. C’est graphiquement et « ethnologiquement » très bien fait.

Si vous êtes friand de statistiques et de rapports d’experts, continuez la lecture.

Lors du Forum de Dakar sur l’éducation pour Tous, l’objectif de parité des genres a été fixé pour l’année 2005. Le graphique suivant nous montre que l’objectif n’a pas été atteint malgré des avancées significatives. On peut choisir le pourcentage de filles parmi les nouveaux inscrits, qui est un indicateur simple mesurant l’accès à l’école des filles contre celui des garçons :

La performance de l’Asie du Sud et de l’Ouest est en fait celle de l’Inde, pays dont les pratiques de ségrégation et de discrimination des filles sont séculaires. Voir ici un exemple d’initiative indienne. Quand on veut, on peut.

Ces statistiques agrégées qui sont des estimations cachent des réussites spectaculaires dans certains pays comme au Bénin (+ 4%). La suppression des frais d’écolage intervenue récemment dans ce pays devrait encore améliorer la situation. Cependant, bien que la gratuité de la scolarisation soit souvent inscrite dans la constitution, l’abolition des frais de scolarité n’est pas encore universelle, ce qui est un peu contradictoire avec les grandes déclarations de Dakar…mais elle pose un certain nombre de problèmes de gestion du système éducatif. Comme l’humanité a bien progressé sur le plan de l’abolition de la peine de la mort, elle parviendra sans doute à abolir la peine de pauvreté, dans quelques générations…

Ces résultats sont le fruit de politiques visant à la fois à stimuler la demande sociale mais surtout dus à une  meilleure offre scolaire. Dans une revue de l’impact des politiques de scolarisation des filles (qui date un peu, 2003), un rapport de l’IIPE (Institut de l’Unesco) nous dit  qu’on mesure plus facilement les « effets liés à l’offre scolaire, que les mesures incitatives de la demande » ou encore qu’il faut « améliorer la coordination des agences agissant dans le domaine de la scolarisation des filles ». Une « super » agence dédiée aux droits de femmes est à l’étude à l’ONU. Voir le monde.

Dans la pratique, le champ de la scolarisation des filles a été investi par les organisations internationales telles que l’UNESCO et l’UNICEF, mais surtout par les ONGs. Des milliers de projets ont été montés et des institutions spécifiques ont été créées comme la FAWE. Pour certains, ces résultats sont à mettre au seul compte de l’amélioration de l’offre scolaire, ce qui reviendrait à jeter aux orties les projets de sensibilisation, construction de latrines, alphabétisation des mères, bourses d’études… Je me garderais bien de ces opinions tranchées.

Ces projets  « genre » ont souvent le soutien ou sont directement pilotés par des femmes, bien souvent issues des pays du Nord de l’Europe. Beaucoup de ces projets sont financés par un fonds norvégien (NETF), comme par exemple la recherche sur le genre menée par la FAWE (Forum for African Woman Educationnalists). Dans les pays du Nord, les femmes ont réussi largement à devenir égaux aux hommes sur le plan du droit, du pouvoir, des salaires etc.. Dans certains de ces pays, si je me confère au discours de l’ambassadeur du Danemark au Bénin en 2005, la plus grande inclusion des femmes dans la vie politique et publique a été le moteur du développement.

Ainsi, certains projets visent à transposer une certaine forme de lutte sociale inspirée des divers courants du féminisme. On recommandera d’ailleurs sur ce sujet la lecture de l’ouvrage de Makthar Diouf (un homme !) : Eclairage sur le(s) féminisme(s), 2009, Presses Universitaires de Dakar. Pour un exemple récent de féminisme radical, voir ici.

Le courant féministe socialo-marxiste, né selon l’auteur dans les milieux universitaires américains et anglais dans les années 1990, semble en particulier une source d’inspiration pour bon nombre d’initiatives de développements (communautés de femmes, etc…) Pour Simonne de Beauvoir (« Le deuxième sexe » ) la solidarité est avant tout une affaire de classes, plutôt que de sexe, mais ces considérations sont un peu dépassées. Qu’est-ce qui pousse donc une femme du Nord diplômée et riche à aider une femme noire et pauvre ?

Quoi qu’il en soit, te thème du genre a fait florès à tel point qu’il est recommandé à tout expert en développement de « genrer » son rapport ou son étude…sous peine d’être taxé d’affreux macho, s’il est un homme ou de traitre si c’est une femme. J’exagère un peu… mais la question est de savoir si on ne se serait pas trompé de cible. Le véritable défi n’est-il pas celui de la pauvreté ou des minorités ethniques. Pour en revenir à Rama Yade, ses difficultés sont-elles davantage liées au fait qu’elle soit une femme, jeune ou au fait qu’elle soit noire ?

Le dernier rapport de suivi de l’Education pour Tous de l’UNESCO sorti il y a quelques semaines marque un repositionnement du débat sur l’aide sur les questions de minorités ethniques et non plus sur la simple thématique du « genre ». Voir ici mon post.

Un article d’Alain Mingat publié en 2003 et intitulé L’ampleur des disparités sociales dans l’enseignement primaire en Afrique nous éclaire. Ci-dessous la chance (probabilité) de terminer le cycle primaire ou d’accéder à la dernière classe du primaire selon le genre, le milieu de résidence ou la pauvreté :

Le graphique est très clair, aux environs de l’année 2000 dans 21 pays d’Afrique, un pauvre a trois fois moins de chance de terminer le cycle primaire qu’un riche, alors que les écarts entre filles et garçons sont moindres (11 points). Ceci étant les handicaps se cumulent et une fille pauvre vivant en milieu rural a peu de chances de terminer l’école primaire.

Pour en revenir à notre championne Rama Yade, on notera que son père a été le Secrétaire particulier de Leopold Sedar Senghor, elle appartient donc de naissance à l’élite politique francophone. Serait-elle arrivée là ou elle est, si elle avait été fille de paysan ? Certainement pas. Cependant, elle a réussi grâce à l’éducation, donc de ses parents et au sein du système scolaire français. C’est actuellement une des personnalités politiques préférée des français, à en croire les sondages.

Il faut noter qu’en France, les politiques visant l’Education pour Tous menées au XIXème siècle ne se sont clairement pas attaquées aux problèmes de genre en premier, les filles « devinrent ce qu’elles purent » selon Napoléon. Voir ici. Mais 150 ans après la première bachelière en 1861 la parité scolaire semble être atteinte, sauf dans les grandes écoles. Voir l’article du monde. En matière de salaires et d’accès aux postes de responsabilités ou fonctions politiques, on est loin du compte et l’héritage napoléonien est toujours vivace. Voir le monde.

Je vous conseille de regarder l’excellent téléfilm de France 5, la Française doit voter sur la république phallocrate. « N’allons pas, par un vote imprudent, proclamer l’impuissance et la faillite de l’homme de France ! » Edmond Lefebvre du Prey

De nos jours dans certains régions du Bénin ou du Sénégal, il n’y presque pas ou aucune fille bachelière alors que certains lycées de jeunes filles à Dakar ont de très bons résultats. Ce n’est pas qu’un problème d’offre. Les filles en milieu scolaire sont victimes de violence ou de chantage sexuel aux notes, ce qui refroidit les parents ou on explique les problèmes de scolarisation des filles par des facteurs culturels (ce qui est large) et on botte en touche. Sur les violences en milieu scolaire, voir cette étude réalisée pour le compte du Ministère Français des Affaires Etrangères ou consulter ce rapport sur le Sénégal commandé par l’USAID ou plongez vous dans la lecture des derniers tomes de Aya de Yopougon !

Assez bizarrement, l’idée de séparer les filles des garçons dans les écoles n’est jamais mise en avant dans les pays en développement, du moins dans le secteur public.

Pour Makthar Diouf, qui s’inspire des travaux de Cheick Anta Diop, la société africaine précoloniale était davantage matriarcale que patriarcale (la reine de Saba, maintes fois référencée dans le Coran), du coup le problème de scolarisation des filles est un fait du colon, qui n’a pas privilégié les femmes dans un premier temps. Ces travaux peuvent avoir influencé les élites africaines et ainsi peut expliquer une certaine délégation des projets aux ONGs et le peu de véritable politiques publiques sur le genre à l’école ou ailleurs. Mais avant d’être un fait strictement lié au sexe, la question du genre n’est-elle pas avant tout un fait ethnique ? La scolarisation des filles ne pose pas problème partout.

Selon le FMI (2007) : UNESCO recently estimated that 43 million school-age girls are not enrolled in school… This gap is due overwhelmingly to the lag in schooling of socially excluded groups, often minority groups that are on the margins of society (see box and table) and in which girls are at a distinct disadvantage relative to boys. Indeed, we estimate that approximately 70 percent of these out-of-school girls come from such groups.”

En gros, cet état de fait est le résultat de siècles de stigmatisation de groupes ethniques. Le graphique ci-dessous issu d’un article de Maureen A. Lewis et Marlaine E. Lockheed (2007), pour le compte du FMI est très clair :

Ces analyses affinent le travail du Professeur Mingat. Au Guatemala, la discrimination s’applique seulement aux femmes indigènes (la courbe rouge). Il serait intéressant d’étudier l’évolution de ce genre de courbes en Bolivie, ou un « indigène », Evo Morales a accédé au pouvoir. Voir en quoi le retournement de situation politique et historique est capable d’influencer le cours des événements scolaires. On notera d’ailleurs que dans certains contes andins, il fut un temps ou le pouvoir était détenu par les femmes, un genre d’amazones. Les femmes au pouvoir n’ont pas toujours été des « anomalies statistiques », à en croire les légendes.

Sur le plan des acquisitions scolaires, les différences entre filles et garçons ne sont pas très marquées selon les évaluations internationales, malgré des prejugés tenaces :

“But all available evidence suggests that, once in school, excluded girls perform as well as, or even better than, excluded boys at the primary level (although the achievement levels of excluded children as a whole lag behind those of majority children).”

Les travaux en cours du FAWE à partir des données du PASEC et du SACMEQ devraient nous éclairer. Les « anomalies statistiques » ou « amazones scolaires » réussissent très bien, ce qui fait peur aux hommes c’est évident.

Bonne fête aux « anomalies statistiques »!

Propulsé par WordPress.com.