Un blog sur l'éducation dans les pays du Sud – A blog on education in the developing countries

16 février 2010

USA-CHINA : a reaction to Hilary Clinton “google” speech

Filed under: Comparaisons internationales — Étiquettes : , , , , , , , — education_south @ 13 h 30 min

« AMERICANISED » VERSION OF THE 11 FEBRUARY POST

This post deals with the USA-China rivalry in education and research, taking as its starting point the attacks launched against Google and the reaction of Hilary Clinton. It asks whether the Internet is a motor or a brake to the expansion of the imperialist power of these two major countries. Are new technologies making imperative the investment in prestigious university campuses? How human capital and therefore education is a key element to those childish rivalries? What is the role of Europe in all this?

There is a “ping pong diplomacy” game between Baidu and Google and Europe is counting the points. Major countries want to be one the top of the world but we all know since Galileo that is there is simply no “top of the world”, it is round !

Following the attacks of Google from China, Hilary Clinton said: « And as the birthplace for so many of these technologies, we have a responsibility to see them used for good”.Full text here. We recall that the ancestor of the Internet, Arpanet, was to disperse critical information to respond to a nuclear attack. The purpose of sharing knowledge is not the first goal! But Hilary Clinton makes its own google “don’t be evil”.

Following the attacks of Google from China, Hilary Clinton said: « And as the birthplace for so many of these technologies, we have a responsibility to see them used for good”.Full text here. We recall that the ancestor of the Internet, Arpanet, was to disperse critical information to respond to a nuclear attack. The purpose of sharing knowledge is not the first goal! But Hilary Clinton makes its own google “don’t be evil”.

Her speech is somewhat aggressive but as a fresh new blogger I confess I like it. However some statements are very questionable. She might position again herself as a challenger to Mr Obama, who really does not look like the guy who is going to press any trigger :

In accepting the Nobel Prize, President Obama spoke about the need to build a world in which peace rests on the « inherent rights and dignity of every individual. » And in my speech on human rights at Georgetown» and then : “government censors are working furiously to erase my words from the records of history”.

Who is the boss ?

According to the Secretary of State, free access to information and circulation of ideas are the pillars of democracy and hence economic growth. “In many cases, the internet, mobile phones, and other connection technologies can do for economic growth what the green revolution did for agriculture.”

In China the Internet is controlled and although hardly measured the penetration of this medium would be 16% against 71% in the United States. However, in absolute terms, there are more Chinese then American internet users but statistics about hackers are unfortunately not available! See Journal du Net.

The curves of economy growth in China are a good reason to relativize about Mrs. Clinton speech, her statements are clearly ideological. United States have largely based their economy on the use of Internet and new technology which makes them vulnerable.
According to the computer magazine 01, « for years, the U.S. intelligence agencies warn political leaders and entrepreneurs against Chinese hackers, who have created gaps in networks and sensitive information stored for a possible conflict” . See here
For some, « China would dream of replacing America in the role of super-power technology  » and the Internet supremacy of the United States is just being undermined. The Chinese search engine Baidu has surpassed Google in China but the Internet infrastructure (routers and addressing system) is still mainly concentrated in the USA.
A memo from the CIA, written by a U.S. Air Force captain and appropriately titled Are We Our Own Worst Enemy? enlightens us further:

« Program by program, economic sector by economic sector, we have based critical functions on inadequately protected telecomputing services. In the aggregate, we have created a target-rich environment, and U.S. industry has sold globally much of the generic technology that can be used to strike these targets. DoD has to realize that the human element, not the computer, remains the true cornerstone of information warfare.  »
This soldier tells us that the human element is central and that the U.S. sold the technology to potential attacks. Having skilled hackers, soldiers digital or numeric Jedi (Film Die Hard 4), is a strategic issue, as all the training of fighter pilots or analysis of satellite images. Modern warfare thrives on research and education since the twentieth century, it is its engine. The currently popular idea of an Internet became a sort of world parliament to debate ideas and funny sites is counterbalanced by the possible return to its first love: a weapon.

The central point is to know if Chinese hackers have been trained in major American universities or self-trained in China via the Internet or in Chineese universities? The popular idea from the cinema (Wargame, 1983) of young self-trained hackers not necessarily holding any formal IT diploma can be far from reality today.

Nowadays, we use the same terminology about the Internet as the rivalries of the colonial European empires of the nineteenth century: navigation, hackers, firewalls, ports, google wave. Hackers are paid by governments become “corsaires”, we are in the middle of a knowledge naval battle but the empires do not stand in Europe anymore.

If Chinese hackers were actually trained in the USA, this great power made a bad deal. In trying to attract Chinese students, which originally received grants and had to return home, and believing that culture and the American way of life were such a factor of denial of his origin and his loyalty to the country birthplace, the U.S. faulted by naivety. An African proverb says “A wood stick can stay a longtime in the river it will never turn into a crocodile”.

However, the opening of U.S. universities to people around the world honors this great country. Of course this is far from being free! The U.S. has a long tradition of welcoming foreign students and provide statistical data since 1919, also the year of the creation of the League of Nations. This derives from their faith in liberalism (the institution that produces and analyzes these data are called « open doors ») but can also be inspired by a mason heritage to raise man by knowledge and not just a formidable lever of influence and brain drain.

The Chinese also have a long tradition of welcoming students, including from Africa. China is catching up with the creation of a consortium of universities, the C9 or China Ivy League, which could be again targeted to world dominance by the reproduction of elitist traditions inspired the American model. China is the champion in the field of piracy and counterfeiting of products, reorienting towards ideas, with the exception of human rights of course.

The Chinese trained in the U.S. appear to play a major role in the changing society of the Middle Empire, but the limitation of the Internet makes the US imperialist task more difficult. They are with the Indian students the largest in the United States. The number of Chinese scientific papers has increased fourfold since 2000 and a number of items produced in the U.S. are done by researchers of Chinese origin. In many areas, China has become the world leader : hedge funds in Europe and U.S. are investing heavily in this country which is the world’s largest holder of U.S. Treasure bills.

A form of USA-China tandem is being designed an association between major Chinese and American universities would relegate European research to a minor rank. Moreover, Europe has contributed to technology transfer to China, as in the field of aeronautics and nuclear energy. Perhaps, it would have been wise just to “sell the fish” and not “train to fish”.

Europeans are struggling to develop statistics on foreign students and put in place exchange programs such as Erasmus. They do have their own pseudo-imperialism ideas : « international students are increasingly considered as human resources long term, not only as elements of a score to compare the number of university enrollment, e.g. the intellectual prestige of the major developed countries.  » See Campus France memo.

In its report, the International Center for Migration Policy Development puts in first line the « diplomacy of influence » issue for dealing with policy on foreign students.
Pure delirium!

The « soft power » has hardened and the Europeans have softened. They think they are the lights of the world, they believe themselves superior and it is precisely this idea that China wants fights. They seek to avenge the past affront colonial.

Not only education and research have become strategic issues but are also clearly a market. Most European think this is bad but despite the discourse on knowledge sharing, wiki collaboration and the myth of the “cool” researcher, we are far from the ideals of the University of the Middle Ages. Witness the prohibitive cost of access to advanced knowledge and scientific articles in many areas, beginning with education!

So another Clinton’s statement is clearly wrong : “We stand for a single internet where all of humanity has equal access to knowledge and ideas”.

In the year 2006 the world population of students was more than 2.9 million. It is anticipated that by 2025, 8 million students will continue their studies outside their country of origin. In Australia, the expenditure of students have injected some $ 15.5 billion into the economy in 2008 and education is the second largest export country. View also Brigitte Fournier’s blog.

This delayed ignition in the European debate is probably a lack of data and a very ethno-centric approach, which mainly involves comparing the enrolment capacities, sometimes included in development aid, despite the complain of OECD. While European countries fight in ingenuity for more or less restrictive visa policies and debates on quotas, our Chinese friends are clapping their hands and their students are the most numerous in western countries.

European policies were designed from the sole point of view of immigration without thinking that developing countries had developed strong policies of emigration that could be a source of inspiration. Not without pride and then pretention I was among the first to study the phenomenon of statistics on foreign students in both directions, a flows approach at the Institute of Statistics of UNESCO. This was also the insistence of someone who was working for an Australian company marketing and literally harassed us to obtain data on foreign students and graduates.
Since then, UNESCO has published very interesting thoughts on the issue of student flows in 2009 global education digest. But according to ISU: “there is no data on the country of origin for international students in some countries with higher education systems relatively large such as China “…

The measure of human capital flows from the perspective of individual residence is a bit outdated considering distance training. The statistics just don’t tell us how many businesses have been created, new ideas brought to life by self-taught men or women, having trained over the Internet drawing in foreign locations.

If the productive capacities of European countries are no longer able to compete with China on the basis of prestigious campuses, Europe is far more equipped with new technologies and the Europeans know a priori better use the Internet to learn. Another European bias you will say, old habits die hard! There are different uses of the Internet worldwide, according to a study Chinese Internet users spend 44% of their leisure time to read on the Internet, the U.S. and Europe 30%, and lose no time in exchanging photos on Facebook or Youtube videos, as they don’t’ have no access to these tools!

Read this very interesting paper by the Chineese Academy of Social Science.

Social networks and blogs (like Bondy blog in France) can channel the discontent of the population and maintain the illusion of a more « participatory » democracy, which directly involves citizens. In China, many violent riots were harshly repressed. Internet censorship in this country leads to more radical modes of protest and is no good business sense.

In Western countries, it is unclear whether the profusion of blogs and social networking is really a factor of economic growth and social cohesion, but populations are already engaged on this path.

If Europe tackles the challenge of promoting self-learning, continuing education and allows self-taught to obtain skilled jobs, well paid, she is able to hold its own game. If access to employment is mainly conditioned by the ability to survive in the formal education system, the number of years of study, creative potential is poorly used.

Finding ways of better sharing of knowledge, while providing better data security, would put Europe in the position to create education leverages and therefore impact economic growth. Any restrictive Internet policy appears to be a dead end, anti-democratic and anti-economic. No one can predict the effect of Internet on future generations skills, some think Google turns you into an idiot, other see Facebook as an educational tool, Internet being the royal or imperial road. As Mao said, you don’t not make an omelette without breaking eggs ..

Photos : Harvard campus, pong video game, C9 logo, cybercafe in China from www.emmanuel-bau.fr.

« With a little help from my friend » Google translation.

11 février 2010

Chine-USA : de la diplomatie du pong à la guerre du ping

Filed under: Comparaisons internationales — Étiquettes : , , , , , , , , — education_south @ 16 h 24 min

Ping : Un ping est en langage informatique, une commande  permettant d’envoyer une requête Echo (ICMP)  d’un ordinateur à un  autre.

Pong : La diplomatie du ping-pong se réfère aux échanges de joueurs    de ping pong entre les États-Unis et la Chine dans les années 1970. L’événement a ouvert la voie à un renouveau dans les relations sino-américainesPong est aussi un des tous premiers jeux vidéo des consoles Atari.

Ce post traite de la rivalité USA-Chine en matière d’éducation et de recherche en prenant comme point de départ les attaques lancées contre Google. On cherche à savoir si Internet est un moteur ou un frein à l’extension des visées impérialistes des deux grandes puissances actuelles. Les nouvelles technologies rendent-elles impératifs les investissements dans des campus universitaires prestigieux ? En quoi, le capital humain -je n’aime pas trop ce terme- et donc l’éducation sont au centre de rivalités puériles ? Quelle est la place de l’Europe dans tout cela.

On assiste à une partie de ping pong entre Baidu et Google, l’Europe compte les points.

Suite aux attaques de Google venant de Chine, Hilary Clinton a affirmé le 21 janvier : « Les Etats-Unis sont leberceau d’Internet et ont laresponsabilitéde s’assurer de son bon fonctionnement », voir le Monde. On rappellera que l’ancêtre d’Internet -Arpanet- visait à éparpiller les informations stratégiques pour faire face à une attaque nucléaire. Le but pédagogique et de partage de la connaissance n’est donc pas l’objectif premier !

Selon la Secrétaire d’Etat, un libre accès à l’information et la circulation des idées sont des piliers de la démocratie et donc de la croissance économique. Or, en Chine Internet est contrôlé et même si on le mesure difficilement, la pénétration de ce média serait de 16 % contre 71 % aux Etats-Unis. En valeur absolu, il y a plus d’internautes chinois mais les statistiques sur les hackers ne sont malheureusement pas disponibles ! Voir le Journal du Net.

Il y a donc tout lieu de relativiser les propos de Madame Clinton à voir les courbes des taux de croissance chinois. C’est un parti pris idéologique. Bien au contraire, les Etats Unis ont largement basé leur économie sur l’usage d’Internet et des nouvelles technologies ce qui les rend vulnérables.

Selon le magazine informatique 01, « depuis des années, les agences de renseignement américaines mettent en garde dirigeants politiques et entrepreneurs contre les pirates informatiques chinois, qui auraient créé des brèches dans des réseaux très sensibles et emmagasiné des informations en vue d’un éventuel conflit ». Voir ici

Pour certains, « la Chine rêverait de se substituer à l’Amérique dans le rôle de super-pouvoir technologique et scientifique » et la suprématie des Etats Unis en matière d’Internet est mise à mal. Le moteur de recherche chinois Baïdu a dépassé Google en Chine mais l’infrastructure d’Internet (les routeurs et le système d’adressage) reste encore principalement concentrée aux USA.

Une note de la CIA, rédigée par un capitaine de l’US Air Force et intitulée judicieusement Are We Our Own Worst Enemy? nous éclaire encore davantage :

« Program by program, economic sector by economic sector, we have based critical functions on inadequately protected telecomputing services. In the aggregate, we have created a target-rich environment, and US industry has sold globally much of the generic technology that can be used to strike these targets. DoD has to realize that the human element, not the computer, remains the true cornerstone of information warfare”. Voir la note de la CIA

Ce militaire, qui plaide aussi sans doute pour sa cause,  nous dit-on que l’élément humain est central et que les Etats Unis ont vendu la technologie qui permettait de les attaquer potentiellement. Disposer de hackers compétents, les soldats numériques ou numeric jedi (Film Die Hard 4), revêt un aspect stratégique, tous comme la formation des pilotes de chasse ou l’analyse d’images satellites. La guerre moderne se nourrit de la recherche et de l’éducation, depuis le XXème siècle, elle en est le moteur. La machine de Turing a été créée pour déchiffrer les codes des sous-marins allemands. L’idée actuellement répandue d’un Internet devenu une sorte de parlement mondial, de débats d’idées et de sites farfelus s’oppose à celle d’un retour vers les premières amours : une arme.

Les hackers chinois ont-ils été formés dans les plus grandes universités américaines ou se sont-ils formés par eux-même en Chine via Internet? L’idée reçue et popularisée par le cinéma (Wargame, 1983) est que les hackers sont souvent jeunes et se sont formés seuls sans nécessairement détenir un diplôme informatique. Mais il n’est pas exclu que cette situation fantasmée soit éloignée de la réalité d’aujourd’hui.

On utilise la même terminologie actuellement pour parler d’Internet que pour les rivalités des empires coloniaux du XIXème siècle : navigation, pirates, pare feux, débit comme un cours d’eau. Les hackers qui sont payés par les gouvernements deviennent des corsaires, on est pleine bataille navale de la connaissance.

Si les hackers chinois ont été effectivement formés aux USA, cette grand puissance s’est tirée une balle dans le pied et a fait un mauvais calcul. En voulant attirer des étudiants chinois, qui à l’origine étaient boursiers et devaient rentrer au pays, et en croyant que la culture et le mode de vie américain étaient intrinsèquement un facteur de reniement de son origine et de sa loyauté au pays qui vous a vu naître, les USA ont pêché par naïveté impérialiste.

Cependant, l’ouverture des universités américaines aux peuples du monde entier honore ce grand pays. Bien sûr c’est loin d’être gratuit ! Les Etats Unis ont une longue tradition d’accueil des étudiants étrangers et disposent de données statistiques depuis 1919, d’ailleurs l’année de la création de la Société des Nations. Cela correspond à leur foi dans le libéralisme (l’institution qui produit et analyse ces données s’appellent « open doors ») mais peut être également inspiré d’un certain héritage maçonnique visant à élever l’homme par la connaissance, en même temps qu’un formidable levier d’influence et de drainage des cerveaux.

Les chinois ont également une longue tradition d’accueil des étudiants, notamment d’Afrique. La Chine n’est pas en reste avec la création d’un consortium d’universités, le C9 ou China Ivy league, qui vise là encore la suprématie mondiale par la reproduction d’un système de traditions élitistes inspiré du modèle américain. Cette évolution rejoint celle du parti communiste chinois, devenu un cercle d’initiés VIP, selon le Point. La Chine est  championne dans le domaine du piratage et de la contrefaçon des produits et s’attaque à celui des idées, à l’exception des droits de l’homme.

Les chinois formés aux USA semblent jouer un rôle majeur dans les changements de la société de l’empire du milieu, mais la limitation d’Internet rend la tâche impérialiste US plus difficile. Ils sont avec les indiens les étudiants les plus nombreux aux Etats Unis. En matière de recherche, le nombre d’articles scientifiques chinois a été multiplié par quatre depuis 2000 et un bon nombre d’articles produits aux Etats Unis sont aussi le fait de chercheurs d’origine chinoise. Dans de nombreux domaines, la Chine est devenue leader mondial et les hedge funds européens et américains investissent massivement dans ce pays qui est le premier détenteur mondial de bons du Trésor américain.

Une forme de tandem USA-Chine se dessine et une association entre les grandes universités chinoises et américaines relèguerait à une place mineure la recherche européenne. De plus, l’Europe a largement contribué au transfert technologique vers la Chine, comme dans le domaine de l’aéronautique ou du nucléaire civil.

De leur côté, les européens qui peinent à élaborer des statistiques sur les étudiants étrangers mais qui ont mis en place des programmes d’échange comme Erasmus, ne sont pas en reste en matière de pseudo-impérialisme. On citera cette note d’un organisme officiel Campus France: « les étudiants en mobilité sont de plus en plus considérés comme des ressources humaines de long terme, et non pas uniquement comme des éléments d’un score permettant de comparer, par le nombre des inscriptions universitaires, le prestige intellectuel des grands pays développés. »

Dans son rapport, l’International Centre for Migration Policy Development place au premier rang « la diplomatie d’influence » pour traiter de la politique sur les étudiants étrangers.

On nage en plein délire !

Le « soft power » s’est durci et les européens se sont ramollis. Ils pensent être les lumières du monde, ils se croient supérieurs or c’est précisément cette idée que la Chine veut combatte. Elle cherche à laver l’affront colonial passé.

Non seulement l’éducation et la recherche sont devenus des enjeux stratégiques et conflictuels mais c’est également un marché. Malgré les discours sur le partage de connaissance, les collaborations wiki et le mythe du chercheur « cool », on est loin des utopies humanistes de l’Université du moyen âge. En témoigne le coût prohibitif d’accès à la connaissance de pointe et aux articles scientifiques dans de nombreux domaines, à commencer par l’éducation !

En l’an 2006, la population mondiale d’étudiants étrangers s’élevait à plus de 2,9 millions. On prévoit qu’en 2025, 8 millions d’étudiants iront poursuivre leurs études à l’extérieur de leur pays d’origine. En Australie, qui a dépassé l’Allemagne entre 1999 et 2007 selon l’UNESCO, les dépenses des étudiants étrangers ont injecté quelques 15,5 milliards de dollars dans l’économie en 2008 et l’éducation est le deuxième secteur d’exportation du pays. Voir le blog de Brigitte Fournier.

Ce retard à l’allumage dans la réflexion européenne vient sans doute d’un manque de données et d’une approche très ethno-centrée qui consiste à comparer les capacités d’accueil, parfois comptabilisées dans l’aide au développement, malgré les remontrances de l’OCDE. Tandis que les pays européens rivalisent d’ingéniosité pour les politiques de visa plus ou moins restrictives et des débats sur les quotas, nos amis chinois se frottent les mains et sont les étudiants les plus nombreux dans la plupart des pays industrialisés.

Un rapport du Conseil Economique et Social de la France pointe d’ailleurs la baisse des connaissances des pays du monde, due à une faible mobilité des étudiants hors d’Europe. On est loin des navigateurs des siècles passés, les européens croient sans doute avoir tout exploré. On a mis en place des politiques au niveau européen du seul point de vue de l’immigration sans penser que les pays en développement avaient conçu des politiques fortes en matière d’émigration des étudiants et qu’on pouvait les étudier et s’en inspirer. Non sans fierté et donc prétention, j’étais dans les premiers à étudier le phénomène des statistiques sur les étudiants étrangers dans les deux sens, soit en termes de flux à l’Institut de Statistiques de l’UNESCO. Cela venait d’ailleurs de l’insistance d’un certain R.G. qui travaillait pour une compagnie australienne de marketing  et qui nous harcelait littéralement pour obtenir des données sur les étudiants et diplômés étrangers.

Depuis, l’UNESCO a publié des réflexions très intéressantes sur la question des flux d’étudiants dans le recueil mondial de données 2009. Mais selon l’ISU : « aucune donnée n’est disponible sur le pays d’origine des étudiants en mobilité dans certains pays possédant des systèmes d’enseignement supérieur relativement important comme la Chine« …

La mesure du flux de capital humain par l’entrée des personnes physiques est un peu dépassée, les compétences s’acquièrent aussi à distance par le système formel et informel. Combien d’entreprises ont été créées, de brevets déposés par des autodidactes s’étant formés par Internet puisant dans des sites étrangers, les statistiques ne nous le disent-pas.

Si les capacités productives des pays européens et industrialisés baissent et ne sont plus capables de rivaliser avec la Chine sur la base de campus prestigieux, l’Europe est largement plus équipée en nouvelles technologies et les européens savent à priori mieux se servir d’Internet pour apprendre. Encore un préjugé d’européen me direz-vous, old habits die hard ! Les usages d’Internet diffèrent dans le monde. Les internautes chinois passent 44% de leur temps consacré aux loisirs à lire sur Internet, les américains et européens 30%, et ne perdent pas de temps à s’échanger des photos sur Facebook ou des vidéos sur Youtube, vu qu’ils n’y ont pas accès ! Voir le forum Chine Nouvelle sur l’usage d’Internet en Chine et dans le reste du monde. Les réseaux sociaux et blogs (comme celui de Bondy) permettent de canaliser le mécontentement de la population et entretiennent l’illusion d’une démocratie plus « participative », qui implique directement le citoyen. En Chine, de nombreuses émeutes violentes sont durement réprimées. La censure du net dans ce pays y est pour quelques chose, car elle oblige à des modes de contestation radicaux et n’est pas un bon calcul économique.

Dans les pays occidentaux, on se sait pas si la profusion des blogs et réseaux sociaux est véritablement un facteur de croissance économique et de cohésion sociale, mais les populations se dont d’ores et déjà engagées sur ce chemin.

Si l’Europe fait le pari de la promotion de l’auto-apprentissage, de la formation continue et permet aux autodidactes d’obtenir des emplois qualifiés et bien payés, elle est capable de tirer son épingle du jeu. Si l’accès à l’emploi est principalement conditionné par la capacité à survivre dans le système éducatif formel, soit le nombre d’années d’études, le potentiel créatif restera mal utilisé.

Pour peu qu’on se donne les moyens d’un meilleur partage des connaissances, mais en assurant une certaine sécurité des données, l’Europe est à même de créer des effets de levier éducatif et donc sur la croissance économique. Toute politique Internet restrictive apparaît comme une voie sans issue, antidémocratique et antiéconomique. Nul ne peut prédire l’effet d’Internet sur les compétences des générations futures, pour certains Google rend idiot, pour d’autres Facebook peut être un outil éducatif et Internet, la voie royale ou impériale en l’occurrence. Comme disait Mao, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs…

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.